Identifiez-vous
Identification nécessaire pour se conformer à la Loi Informatique
et Libertés concernant la protection des données personnelles.
Le mot de passe à saisir est consultable à ce même endroit si vous visualisez ce site depuis les services internes de l'établissement Météo-France.


Le mot de passe à saisir est commun à l'ensemble des adhérents du SNM-CGT.


Identifiant personnel réservé aux adhérents.


mot de passe oublié ?

Accueil > Communiqués > INFORMATIONS DU SNM/CGT SUR LA RENCONTRE AVEC LA DIRECTION DE METEO-FRANCE (...)

INFORMATIONS DU SNM/CGT SUR LA RENCONTRE AVEC LA DIRECTION DE METEO-FRANCE LE 11 SEPTEMBRE 2007

Emmanuel Celhay et Sylvie Pitkevicht représentaient le SNM/CGT

jeudi 13 septembre 2007

Cette réunion était convoquée par le PDG afin de marquer le début d’une concertation qui se veut la plus vaste autour de la préparation du plan stratégique de Météo-France. Un document de 92 pages (distribué en séance !) a été élaboré dans ce cadre et la volonté de la Direction était d’en donner la primeur aux organisations syndicales .

Le PDG nous affirme que la position de la Direction n’est pas encore définitive et qu’elle n’est donc pas présentée dans le document. Celui-ci constitue une approche générale et ne rentre pas dans les détails.
Il rappelle qu’au cours des 20 dernières années l’établissement a beaucoup évolué (passage en EPA, développement des CDM).

Il souhaite que ces réflexions aboutissent bien en amont du prochain Contrat d’Objectifs et permettent de définir les contours d’un volet social qui serait « au cœur de la démarche », et sans lequel il ne saurait y avoir de « bonne stratégie ».

Si l’introduction s’achevait sur un appel à l’entraide et une mention du « tous ensemble » (référence indirecte de 95 ?) lui donnant un aspect consensuel, la suite l’était beaucoup moins.
Non pas par la présentation de notre Directrice de la Stratégie et de la Planification, mais par le contenu direct du document, chacun pouvant désormais se faire son opinion.

Les contraintes

Il y a des évolutions qui nous sont présentées comme incontournables :
- politique gouvernementale de réduction de la dette publique, synonyme dans l’idéologie ambiante de réduction de postes de fonctionnaires et donc d’effectifs ;
- concurrence accrue entre services météorologiques, nationaux et/ou privés, qui impose une réduction des coûts
- PREVI amont à deux niveaux,
- identification de « zones climatiques »,
- rationalisation de l’organisation pour l’aéronautique car la compétitivité sur les coûts est indispensable pour garder un rôle devant la concurrence d’autres services, regroupement des CVM (centre de veille météo pour l’AERO),
- maintien des centres de maintenances.

Les scénarios proposés :

- 1/ La « continuité » qui n’en est pas une car les CDM se retrouveraient à 1 + 3 avec moins de fonctions et un travail en réseau possible entre CDM

- 2 et 3/ L’abandon du commerce avec ou non extension du service public (hydrologie, changement climatique, pollution,…)

- 4 et 5/ Ambition commerciale renforcée avec ou non extension du service public (hydrologie, changement climatique, pollution,…)

Le premier cas est jugé négativement car il ne permet pas l’équilibre financier.
Demeureraient les 4 derniers cas, caractérisés par une centralisation sur les CMIR avec le maintien d’environ 40 sites en tout (CMIR +MIR + quelques centres situés sur des aéroports principaux).
Les effectifs globaux varieraient, suivant le scénario choisi, entre - 400 et – 1000 agents en 10 ans en tenant compte des départs à la retraite prévus dans cette période.

Par ailleurs les informations du PDG au cours de la réunion précisent les axes préférentiels pour l’avenir :
- pas de filialisation du commerce,
- pas de passage en EPIC à l’ordre du jour.

Le résultat : Un manque d’ambitions

Compte tenu de ces éléments, l’importance de la période qui s’ouvre n’échappera à personne.
S’il semble nécessaire et de la responsabilité de la Direction générale d’envisager différents types de développements pour l’Etablissement, et si la démarche de concertation et la volonté de dialogue est appréciable, le SNM conserve des objections assez fondamentales.
Bien évidemment le contexte gouvernemental est des plus néfaste et nous entendons bien peser à son encontre.
En ce qui concerne le champ prospectif proposé, il nous semble que le document ne nourrit pas de grandes ambitions : au mieux rassembler des ressources sur la pollution atmosphérique, l’océanographie, les crues. Rien de structurellement novateur par rapport à l’existant.
Sur l’appréhension très restrictive des notions de rentabilité version libérale, on comprend que l’argument de l’OMM (1 € investi à la météo permettant de ventiler 7 € sur des domaines d’activités périphériques) ait peu de chance d’émouvoir le budget.
Il n’empêche, pour notre part nous entendons bien communiquer sur ce thème. L’actualité du « Grenelle de l’environnement », s’il ne se réduit pas à une bulle médiatique, pourrait nous y aider.
Enfin, nous sommes clairement défenseurs de l’implantation locale. L’image de marque de l’établissement (apparemment positive) repose sur la qualité d’un service de proximité. Il semble donc assez contradictoire dans les scénarios voulant développer le commerce d’y sacrifier l’échelon départemental.

La place est au débat, le SNM/CGT ne saurait que trop vous recommander de vous faire entendre !

juin 2020 :

Rien pour ce mois

mai 2020 | juillet 2020

SPIP| identification | Espace rédacteur | Plan du site | mentions légales | Suivre la vie du site  RSS 2.0




Chargement en cours, veuillez patienter.



SNM-CGT