Identifiez-vous
Identification nécessaire pour se conformer à la Loi Informatique
et Libertés concernant la protection des données personnelles.
Le mot de passe à saisir est consultable à ce même endroit si vous visualisez ce site depuis les services internes de l'établissement Météo-France.


Le mot de passe à saisir est commun à l'ensemble des adhérents du SNM-CGT.


Identifiant personnel réservé aux adhérents.


mot de passe oublié ?

Accueil > Communiqués > Hommage à CLAUDE GUY

Hommage à CLAUDE GUY

lundi 3 septembre 2007

Notre ami, notre camarade Claude Guy s’est éteint dans la nuit du 27 au 28 août 2007. Nous perdons un défenseur acharné de la Météo, un militant avec une expérience précieuse, qui savait se remettre en question, qui était toujours sur le pont, toujours disponible, un débatteur efficace, un homme toujours à l’écoute, ouvert sur le monde qui change… attentif aux autres.

Claude a combattu sa longue et douloureuse maladie avec courage et dignité : elle l’a torturé, elle l’a usé, elle l’a anéanti. Malgré les efforts des équipes médicales, elle l’a empêché de profiter, au milieu des siens, de sa retraite professionnelle. Il y a 3 ans, nous fêtions avec lui à Trappes cette retraite bien méritée.

Claude est né le 22 novembre 1943 à Levallois, ancienne cité de l’automobile avec une population fortement ouvrière. Il perd sa maman à 10 ans ; lui et sa petite sœur sont élevés par leur père et leurs frères. Il suit des études secondaires au lycée Carnot à Paris et décroche le baccalauréat de maths. Claude voulait devenir journaliste mais son père ne l’entendait pas ainsi : il fallait travailler.

Son Bac en main, à l’époque le bac ouvrait des tas de portes, il obtient un emploi comme calculateur d’études au Centre d’Essai des propulseurs à Saclay dans l’Essonne.

Puis Claude part au service militaire. Il effectue celui-ci en Corse, affecté à l’aéroport d’Ajaccio dans le service météo.

Il y fait la connaissance de Louis Brunati, météorologue, militant CGT et membre du PCF, qui devint progressivement un père spirituel pour lui. Ainsi se précise sa vocation professionnelle… mais aussi ses engagements syndicaux et politiques.

A la fin de son service militaire, il intègre l’école de la météo à St Cyr pour en sortir avec le diplôme de Technicien Météo.

Après un court passage à Paris il est nommé au centre de recherche de la Météo à Magny les Hameaux, centre aujourd’hui disparu. Il obtient un logement à Trappes en 67. Il adhère à la CGT Météo. Il vit alors intensément les évènements de 68. Il participe activement avec ses camarades à l’occupation du centre durant 15 jours. Il anime la mobilisation dans les entreprises environnantes, chez les cheminots, les communaux.

Claude est muté plus tard au SETIM, qui deviendra par la suite la Direction des Services de l’Observation à Trappes.

En 1972, il devient secrétaire de l’Union locale CGT de Trappes et de ses environs, secteur qui avaient connu une forte expansion économique.

Il devient par ailleurs membre du bureau de l’UD des syndicats CGT des Yvelines et permanent de la CGT. Il assumera avec efficacité son mandat de secrétaire de l’UL durant 13 années. Il devient responsable de la commission départementale de l’UGICT, UGICT qu’il a contribué à créer dans les Yvelines. Puis il assumera des responsabilités nationales à l’Union Générale des Fédérations de Fonctionnaires jusqu’au milieu des années 80. Durant cette période, il sillonnera la France pour animer des réunions et organiser de nombreuses manifestations. C’est la période où la Fonction Publique se voit dotée d’un nouveau statut, sous l’impulsion d’Anicet Le Pors, alors ministre de la Fonction Publique du gouvernement Mauroy.

A l’issue de cette période, il rejoindra, en 1986, la Météo à Trappes où il terminera sa carrière professionnelle.

Jusqu’au bout de ses forces il resta un militant actif, syndical et politique.

Claude était un homme curieux de tout, cultivé. A côté de ses certitudes, il avait ce besoin permanent de bien mesurer l’exacte réalité du rapport des forces, de ce que pensaient ses collègues, les gens, de façon à adapter et à rendre plus efficace l’intervention syndicale ou politique. Il lisait, réfléchissait pour comprendre ce monde complexe, changeant. Nous apprenions beaucoup à ces côtés.

Dès le début de sa retraite, il s’était inscrit à la faculté de Saint Quentin en Yvelines, pour entamer des études d’histoire et géographie. Il était passionné par l’histoire étant convaincu que cela lui donnait des clés pour comprendre aujourd’hui. Il n’a malheureusement pas pu poursuivre longtemps ces études.

Claude a tout donné au présent, sa force, son intelligence, son expérience pour les siens, pour les autres pour se défendre et construire un monde meilleur. Il nous manque.

Nous te saluons, Claude…

juin 2020 :

Rien pour ce mois

mai 2020 | juillet 2020

SPIP| identification | Espace rédacteur | Plan du site | mentions légales | Suivre la vie du site  RSS 2.0




Chargement en cours, veuillez patienter.



SNM-CGT