Identifiez-vous
Identification nécessaire pour se conformer à la Loi Informatique
et Libertés concernant la protection des données personnelles.
Le mot de passe à saisir est consultable à ce même endroit si vous visualisez ce site depuis les services internes de l'établissement Météo-France.


Le mot de passe à saisir est commun à l'ensemble des adhérents du SNM-CGT.


Identifiant personnel réservé aux adhérents.


mot de passe oublié ?

Consom...mai !

jeudi 29 avril 2021

Consommai !

Ca y est c’est reparti, à partir du 3 mai, on pourra de nouveau se déplacer librement. Dans les jours qui suivent, si tout va bien, ré-ouvriront les commerces, puis les lieux de culture, les restaurants, les bars, etc...

Nous voici donc de nouveau bientôt de retour dans le "monde d’après", celui où il faut consommer de sorte qu’il ressemble au monde d’avant. "Travaille, obéis, consomme ! " (*).
Ce monde où l’exploitation des travailleurs et des travailleuses, qui va de pair avec le gaspillage, est le poumon des multinationales. Car vendre plus, c’est produire plus et exploiter plus, au mépris de l’environnement.

Pour ne citer que quelques exemples, les drames sont nombreux dans l’industrie du textile : 117 personnes ont péri dans l’incendie de la manufacture Tazreen à Dacca au Bangladesh en 2012, puis 1 138 morts dans l’effondrement de l’immeuble du Rana Plaza en 2013, plus récemment 28 personnes se noient cette année dans un sous-sol inondé par un orage à Tanger.
Et ce ne sont là que les catastrophes directement mortelles. Moins médiatisées sont les situations où les conditions de travail font fi de la sécurité ou de la santé : manipulations de teintures toxiques sans protection, infrastructures et équipements vétustes. Sans parler des droits sociaux peu ou prou respectés... En ce qui concerne la Chine, où il est difficile d’obtenir des informations précises, plusieurs associations et politiques dénoncent le travail forcé d’une communauté ethnique persécutée (Ouïghours) dans une région d’où provient 20% de la production mondiale de coton. L’industrie du textile mondialisée cherche à générer des bénéfices toujours plus importants pour ses actionnaires, elle se délocalise d’un pays à l’autre, là où la réglementation favorise une exploitation toujours plus importante, toujours plus défavorable aux travailleuses et travailleurs, et à l’environnement. De la production à outrance : 100 000 000 000 de vêtements et accessoires vendus chaque année à travers le monde, la production a augmenté de 60% par rapport à il y a 15 ans. En France, on achète en moyenne environ 10 kg de vêtements par an et on en donne 3 kg.

En France, dans le monde du commerce, tout n’est pas rose non plus. Pendant la crise sanitaire, les grands groupes utilisent les dispositifs du gouvernement pour faire des économies sans en faire profiter son personnel, premier touché par la crise économique. Par exemple, le chômage partiel n’est pas complété, malgré des marges bénéficiaires toujours très importantes grâce au click and collect, qui a aussi augmenté la charge de travail (+77% de vente à distance pour une enseigne de vêtements espagnole bien connue par exemple). Le contexte contraint le personnel du commerce à accepter des conditions de travail pénibles et leurs bas salaires non négociables sous menace de licenciements. Ceci est d’autant plus valable dans les modes de fonctionnement économiques basés sur le modèle particulièrement précaire de type Uber.
Heureusement ça bouge un peu de ce côté mais la route est encore longue : si aux Etats-Unis le personnel d’Amazon n’a pas pu faire aboutir sa tentative de s’organiser en syndicat, en Europe des livreurs ont obtenu la requalification de leur contrat avec Deliveroo en contrat de travail.

Alors que la crise sanitaire et économique liée au Covid se prolonge et fait des ravages partout dans le monde, touchant en plus fortement les plus précaires, le gouvernement français ne donne aucun signal favorable à réinvestir massivement dans les services publics, notamment la Fonction publique hospitalière. Sans aucun débat public on préfère dépenser sans compter pour soutenir l’économie - dont certains pans pourraient être bien discutables au vu de leur impact social et environnemental - plutôt que de remettre enfin à niveau un service hospitalier exsangue.

Le 1er mai, c’est la journée internationale des travailleurs et des travailleuses. Chacun et chacune à cette occasion entre autres peut exprimer dans la rue le choix d’un autre monde, d’une autre société.

Des rassemblements sont organisés ce samedi partout en France.
Voir la carte des mobilisations  : https://mobilisations-en-france.cgt.fr/news/map

https://ged.fne.asso.fr/silverpeas/LinkFile/Key/4250a3f1-9dc6-48ee-8935-31909e6660ff/Note%20de%20Synth%C3%A8se%20Textiles%202018.pdf

https://www.facebook.com/karavanasso/videos/10222177150211502/

(*) Travaille, obéis, consomme ! -> Clin d’oeil à la compagnie lilloise de l’Eglise de la très sainte consommation https://eglise-de-la-tres-sainte-consommation.com/

mai 2021 :

Rien pour ce mois

avril 2021 | juin 2021

SPIP| identification | Espace rédacteur | Plan du site | mentions légales | Suivre la vie du site  RSS 2.0




Chargement en cours, veuillez patienter.



SNM-CGT